slogan

banniere

Vous êtes iciLa faune sauvage et sa gestion»Grande faune»Le chamois
Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

Le chamois

Statut biologique

Dans les années 1800, l’espèce était présente sur une grande partie du département mais les populations de chamois ont connu un très fort déclin avec l’avènement des armes à feu au cours des deux derniers conflits mondiaux. Les sociétés de chasse montagnardes ont adopté des mesures de protection de l’espace permettant la sauvegarde de l’espèce.

La généralisation du plan de chasse en 1989, associée à des règles strictes d’exercice de la chasse ont été favorable au développement des populations.

Malgré des densités très hétérogènes, le chamois est donc bien représenté dans le département des Hautes Alpes.

La partie Nord, plus montagneuse, connaît une présence relativement continue de l’espèce. Certains espaces, périphériques au Parc National des Ecrins, connaissent des densités très faibles d’animaux avec des niveaux d’accroissement apparemment faibles.

Par contre, le chamois colonise avec succès les massifs préalpins où il retrouve des conditions très favorables à son expansion.

Habitat

Malgré une idée largement répandue, le chamois n'est pas l'animal de la haute montagne. Il préfère la zone forestière et la partie inférieure de la montagne pastorale.

Le critère prépondérant de l'habitat du chamois, est le relief accidenté.

Il évolue généralement jusqu’à 2 500 m d'altitude. La limite supérieure des son habitat est constituée par les pelouses alpines qui conditionnent la ressource alimentaire. Parce qu'il sait utiliser au mieux les particularités du milieu, le chamois colonise des territoires au climat et à la végétation très différents. On le retrouve ainsi sur les secteurs collinéens de Serre et de Tallard.

La présence de zones d'hivernage qui abritent les espaces dégagés de neige où l'alimentation reste accessible lui est nécessaire pour affronter les rigueurs de la saison hivernale.

Objectifs de gestion

  • Encourager le développement raisonné des populations tout en respectant l’équilibre agro-sylvo-cynégétique
  • Favoriser l’expansion géographique des populations et le maintien des effectifs dans les populations anciennes
  • Stabiliser les populations à forte densité
  • Développer les populations à faible et moyenne densité Encourager le développement homogène des populations et la colonisation des espaces favorables vacants