slogan

banniere

Vous êtes iciLa faune sauvage et sa gestion»Grande faune»Le chevreuil
Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

Le chevreuil

Statut biologique

Le retour de l’espèce date de la seconde moitié du XXème siècle, il est présent sur l’ensemble du département depuis les années 1980. Plusieurs opérations de réintroduction du chevreuil ont eu lieu dès 1975, notamment dans le Bochaine et l’Embrunnais.

Le Champsaur a bénéficié de repeuplements réalisés en Isère. Le chevreuil connaît dans les Hautes Alpes des niveaux d’abondance variables selon le secteur géographique.

Les plus fortes densités s’observent actuellement dans le Queyras, le Dévoluy, en Clarée et dans le Serrois Rosanais alors qu’il est beaucoup moins représenté en Val de Durance, dans le Sud Briançonnais, le Champsaur et l’Embrunnais.

Il semble qu’une forte proportion de prélèvements inconsidérés soit la cause de cette disparité. Indépendamment de la qualité des biotopes, les territoires de montagne, avec une forte tradition de chasse à l’approche, accueillent actuellement les plus fortes populations de chevreuil.

Habitat

Le chevreuil est communément considéré comme un animal forestier mais ses exigences, en terme d’habitat, sont essentiellement déterminées par un besoin de ressources alimentaires à haute valeur nutritionnelle.

Ceci est particulièrement marqué pour les femelles en fin de gestation et pendant la lactation. Il apprécie effectivement les milieux boisés riches en strates arbustives et herbacées, entrecoupé de zones ouvertes.

C’est une espèce ayant une large valence écologique qui affectionne particulièrement les milieux de transitions où elle trouve protection et ressources alimentaires.

Son adaptation aux milieux de montagne est remarquable, notamment dans le mélézin où il trouve des conditions phénologiques et fourragères particulièrement intéressantes pour son développement. Le chevreuil est très sélectif, il recherche une alimentation riche et diversifiée.

Objectifs de gestion

  • Participer au maintien d’un équilibre agro-sylvo-cynégétique en maitrisant la croissance des populations
  • Accompagner le développement homogène des populations tout en maintenant les densités à des niveaux acceptables
  • Favoriser la productivité des populations sur les zones soumises à la prédation