slogan

banniere

Vous êtes iciLa faune sauvage et sa gestion»Grande faune»Le sanglier
Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

Le sanglier

Statut biologique

Présence marquée dans la partie méridionale du département, plus sporadique sur le secteur nord ouest.

Les données issues des tableaux de chasse traduisent une variation d’effectif assez marquée d’une année à l’autre ainsi que le résultat de mesures de régulations engagées à l’issue de périodes conflictuelles pour cette espèce.

Après des années d’abondance marquée, l’espèce atteint actuellement des niveaux de densité beaucoup plus modestes. Bien que la capacité d’accueil soit moindre que dans le Sud du département, les zones de montagne connaissent également une régression de l’espèce depuis quelques années du fait de l’absence de gestion concertée des prélèvements.

Habitat

Le sanglier peut s’adapter à des milieux très variés, mais son domaine favori reste la forêt dense à base de feuillus à fruits.

Il recherche une végétation assez haute pour pouvoir se cacher et se nourrir, comme les garrigues, maquis, landes, marais, et les formations boisées. On le rencontre aussi dans les plaines de céréales faiblement boisées. La présence d’eau est importante, à la fois pour s’abreuver et aussi pour se souiller (élimination des parasites et régulation thermique). L’alimentation semble être le facteur limitant de premier ordre, avant même la quiétude.

La partie haute du département semble donc moins favorable au développement de l’espèce.

C’est notamment la disponibilité des ressources alimentaires automnales qui conditionne le succès de la reproduction. A l’issue de l’hiver, il fréquente souvent les alpages à la recherche de bulbes et de la macrofaune souterraine.

Objectifs de gestion

  • Participer au maintien d’un équilibre agro-sylvo-cynégétique en maitrisant la croissance des populations
  • Privilégier la qualité de la chasse à la quantité des prélèvements
  • Gérer annuellement les populations au sein d’Unités de Gestion cohérentes
  • Conserver à la chasse son rôle dans la régulation des populations
  • Encourager la protection des cultures par un agrainage de dissuasion et la fourniture de clôtures électriques