slogan

banniere

Vous êtes iciLa faune sauvage et sa gestion»Petite faune de montagne»La marmotte des Alpes
Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

La marmotte des Alpes

Statut biologique

marmottesDans les Alpes et les massifs préalpins, l'espèce présente une expansion spatiale depuis 1964. Celle-ci est notamment due à l'importance des renforcements de population et à la réussite des réintroductions (particulièrement dans les massifs préalpins), à la déprise agricole, à la désaffection des chasseurs et à la mise en place d'aires protégées.

Ainsi, en 1999, le nombre de communes alpines où la marmotte est présente a augmenté de 41% dans les Alpes du Sud, par rapport à 1964.

Les réintroductions permettaient de supprimer les difficultés qu’avait cette espèce à reconquérir son aire antérieure du fait du morcellement des paysages et de l'apparition de nouveaux éléments de cloisonnement de son espace.

La fermeture des milieux entraine une modification de l’utilisation spatiale et de la répartition des animaux.

Habitat

La marmotte alpine est une espèce hautement sociale, chaque groupe familial constituant un système unique. C’est le plus gros rongeur occupant les étages subalpin et alpin, elle est semi-fouisseuse, herbivore et hiberne.

Les marmottes s'installent dans un premier temps à proximité d'éboulis rocheux ou de falaises. Leur activité fouisseuse s'accroît d'année en année dans les prairies voisines où de nouveaux groupes familiaux s'installent.

Ses besoins alimentaires apparaissent peu diversifiés pour un rongeur vivant dans un environnement floristique riche : les dicotylédones sont préférées aux poacées et les fleurs aux parties végétatives et aux graines.

Un nombre réduit d'espèces végétales couvre une grande partie des besoins nutritionnels.

La marmotte opère par ailleurs une sélection sur la végétation puisque les organes consommés appartiennent le plus souvent à des plantes à faible taux de recouvrement, réparties irrégulièrement sur le domaine vital et souvent éloignées du terrier principal.

Objectifs de gestion

  • Favoriser une dynamique pérenne des populations compatible avec les activités agricoles
  • Promouvoir des règles de gestion cynégétiques adaptées à la démographie de cette espèce
  • Promouvoir des actions favorables à la préservation de ses habitats