slogan

banniere

Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

Le tétras lyre

Statut biologique

tetrasLes Hautes Alpes comporteraient plus de 20 % de l’effectif total des Alpes françaises et sa superficie représente également plus de 20 % de l’aire de distribution nationale de l’espèce.

Il semble que les effectifs soient répartis de manière inégale sur le département avec localement de fortes densités dans la partie Nord et des populations plus discrètes dans la partie préalpine. L’espèce est particulièrement vulnérable en limite de répartition géographique.

Les derniers recensements de mâles chanteurs, réalisés en 2005 et 2006, sont plutôt encourageants, notamment dans le Briançonnais et le Queyras.

Habitat

Dans la partie alpine du département, il occupe l’étage subalpin, entre 1400 et 2300 mètres. Il fréquente des milieux de transition semi-ouverts où s’imbriquent en mosaïque pelouses, landes, fourrés et boisements clairs.

Dans la partie préalpine, le tétras-lyre est présent en versant nord, dès 700 à 800 mètres d’altitude.

Il peut occuper des milieux « atypiques » variés : hêtraies sapinières, hêtraies à if, chênaies pubescentes…

Les nichées recherchent des faciès de végétation qui présentent un bon couvert au sol (de 25 à 50 cm de haut), riches en insectes : pelouses à laîche toujours verte, prairies à dactyle et à fétuque rouge, prairies à géranium et à fenouil des Alpes, landes à éricacées entrecoupées de touffes de graminées et de bouquets d’aulnes, pessières claires ou mélézins à sous-bois de graminées et/ou de géranium et/ou de myrtilles.

En hiver, le tétras-lyre limite au maximum ses déplacements, en sélectionnant des milieux qui satisfont à la fois ses exigences de protection et ses besoins alimentaires : boisements clairs de mélèzes, de bouleaux, de sorbiers des oiseleurs ou de diverses essences de pins, le plus souvent exposés au nord (neige poudreuse et abondante).

Objectifs de gestion

  • Plan de chasse départemental depuis 2002
  • Favoriser une dynamique pérenne des populations, conserver et accroitre les milieux favorables
  • Poursuivre la gestion cynégétique engagée et promouvoir des actions favorables au développement de ses habitats