slogan

banniere

Vous êtes iciLa faune sauvage et sa gestion»Petite faune de plaine»La perdrix grise
Gap : Aujourd'hui le soleil se lèvera à 06:43 et se couchera à 20:27.

La perdrix grise

Statut biologique

perdrix-griseLa perdrix grise « de montagne » est à l'origine une espèce autochtone.

Autrefois largement répandue sur le Massif central et les Alpes du Sud, elle ne subsiste plus aujourd'hui à l'état naturel que sur le Mont Lozère. Ailleurs, il devient de plus en plus difficile de faire la part entre les lâchers de perdrix grises d'élevage, et les reliquats de populations naturelles.

Ceci est d'autant plus marqué avec l'interdiction de lâcher de perdrix rouge en montagne en raison des risques d'hybridation avec la perdrix bartavelle qui conduit à des lâchers conséquents de perdrix grise.


Depuis le début du siècle, la perdrix grise de montagne a très fortement régressé dans les Alpes du Sud jusqu'à disparaître de nombreux massifs.

Elle était bien représentée dans le Dévoluy et le Champsaur il y a quelques années. Une enquête réalisée en 2001 par l'IMPCF faisait état d'une présence sur un cinquième des communes du département des Hautes Alpes.

Habitat

Animal originel des steppes, la perdrix grise se plaît dans les landes et les pelouses d'altitude. Moins bien adaptée aux rigueurs de l'hiver que les tétraonidés, elle recherche les versants pentus et bien exposés qui déneigent rapidement, ainsi que parfois les rochers et les crêtes balayées par le vent.


Espèce sédentaire, certains de ses déplacements peuvent néanmoins la conduire à fréquenter aussi bien le domaine du lagopède alpin, que les zones cultivées de moyenne altitude occupées par la perdrix rouge.

Parmi les facteurs limitant son expansion, nous pouvons mentionner les effets néfastes des températures élevées de même qu'une trop forte épaisseur de neige. Son habitat idéal est composé de cultures variées à sols bien drainés avec des haies, talus, buisson et abris naturels.

Objectifs de gestion

Reconstituer et développer des populations de perdrix grise « de montagne » où les biotopes le permettent

  • Promouvoir des opérations de réintroduction durables
  • Promouvoir des actions favorables à la préservation de ses habitats
  • Encourager des règles de gestion des prélèvements parallèlement aux projets de réimplantation